menu

Accueil > Actualités > 11 juin 2022 : Fanny Lescureux interpelle son agresseur

Version imprimable de cet article Version imprimable

11 juin 2022 : Fanny Lescureux interpelle son agresseur

qui l’avait violemment agressée ainsi que sa mère chez elles le 27 mai.

mercredi 8 juin 2022

De sa voix douce et ferme, Fanny raconte son agression et donne à l’auteur une magnifique leçon d’humanité.
La foule rassemblée écoute avec émotion Fanny fustiger son agresseur. Quelle magnifique plaidoirie
Fanny
COURAGEUSE, INDOMPTABLE, FANNY DEVANT LA FOULE ASSEMBLÉE PREND LA PAROLE ET DE SA VOIX DOUCE TANCE SON AGRESSEUR

« Ce qui nous réunit ici est un socle de valeurs humanistes, résumées par la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen que nous devons, ne vous en déplaise, entre autres, à Robespierre.... »

Le texte du discours de Fanny Lescureux

Frappées.

Frappées toutes les deux, frappées chez nous.

Frappées par un escogriffe forçant notre porte, surexcité, en transe, un homme qui vitupère à mon propos et déchaîne en premier sa force sur ma mère de presque trente centimètres de moins que lui, ma mère pourtant étrangère à nos différents.
Parce qu’il est beau ce héros français, ce digne patriote, admirateur de l’ancien régime et de ses valeurs chevaleresques. Surtout soutenu par son service d’ordre, montant la garde en bas de chez nous. Vous comprenez deux femmes seules, le danger était de taille pour notre noble agresseur.

Avez-vous d’ailleurs ressenti, monsieur, quand vous jetiez ce jour-là ma mère au sol, le même frisson que Roland, brandissant Durandal ?

Frappées, oui.
Mais frappées pour quoi ? Pour avoir nous même frappé ?
Pour avoir menti, insulté, diffamé ?
Non.

Frappée pour avoir osé dire, osé écrire - et en mon nom propre - que, non, mon petit village n’appartient pas qu’aux blancs. Pour avoir osé porter le nom de mon grand-père, communiste, entre autres, et fondateur de l’Association des Amis de Robespierre. Frappée parce que je suis une femme, une femme avec des idées politiques qui de surcroît contreviennent aux vôtres, comble de l’infirmité.

On me dira : c’est un minable, un paumé qui s’est mis Charles Martel en tête, le combattre c’est lui donner de l’importance.

C’est vrai, vous êtes un minable, car même dans la carrière peu exigeante de soudard professionnel, vous ne semblez guère briller.

Mais ce n’est pas vous que je veux combattre, de même que ce n’est pas cette misérable gifle qui me met le feu aux joues. C’est car autour de vous se dessine une nébuleuse inquiétante, celle de l’extrême-droite en France et plus largement en Europe.

On entend souvent : “Ils sont de retour”.
Non.
Ils ne sont pas de retour puisqu’ils ne sont jamais partis.

Certes, selon la période, ils courent plus ou moins vite. Voilà tout.
Mais si nous cessons nous-mêmes d’avancer, ils nous rattrapent, inéluctablement.
Enfin si par malheur ils nous devancent, tout est à recommencer.
Crémaillière terrible, cliquet funeste, chaque cran de gagné pour eux est par nature irréversible. C’est pourquoi nous devons être intransigeants.
Ces individus doivent être traduits en justice. L’impunité est un tremplin, une corde d’escalade, et ces gens-là, je vous l’assure, n’ont pas le vertige.

Les voilà d’ailleurs prêts à recommencer. Après avoir dérobé sa banderole, ils menacent l’ARBR de mesures "plus radicales” si d’aventure elle osait mener à bien son projet de musée. Je puis témoigner devant vous de ce qu’implique cette radicalité.

Et pour quel grief ? L’association des amis de Robespierre serait un repaire de communistes enragés, prêts à déformer l’Histoire pour servir un projet idéologique.
Admettons.
Mais qu’en savent-ils, sont-ils jamais venus débattre avec nous ?
Admettons.
Il demeure cependant, monsieur, une différence majeure entre vous et nous.
Cette différence, c’est que nous, nous ne sommes jamais venus chez vous pour vous prouver que vous aviez tort, et, si ce n’était pas encore assez clair, vous le faire rentrer dans le crâne à coups de poing.
Nous ne l’avons jamais fait, monsieur, et ne le feront jamais. Parce que la violence nous dégoûte, et que nous n’en aurons jamais l’initiative.
Parce que nous croyons tous, ici, Amis ou non de Robespierre, aux vertus de la dialectique sous ses seules formes verbales, aux vertus de l’écriture, des assemblées populaires, de la concorde et du débat républicain.
Alors c’est vrai, parfois, ces armes-là s’émoussent et deviennent insuffisantes, mais insuffisantes seulement contre le glaive, jamais contre les seuls mots du camp d’en face.

La violence n’est pas une modalité d’action de l’extrême droite. Elle lui est
consubstantielle. Elle la définit. Elle en est l’unique parodie de valeur.
Toutes les autres, celles qu’elle professe, ne sont que des prétextes ou des usurpations.
Vous semblez bien connaître, monsieur, les ennemis du peuple, vous qui passez vos journées à les tancer, bien à l’abri derrière votre pseudonyme. Mais que dire de vos “amis’ du peuple » ? Que dire de vos héros à vous ? Maurras, Barrès, Drumont, et toute la clique des antisémites, des négationnistes, des révisionnistes, des nostalgiques de Vichy, des collaborateurs et de leurs avocats modernes. Avec des amis comme ceux-là, et s’il faut vraiment faire le bilan des morts, le peuple ne peut se tromper sur qui est le véritable ennemi.

Ce qui nous réunit ici est un socle de valeurs humanistes, résumées par la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen que nous devons, ne vous en déplaise, entre autres à Robespierre.
Y a-t-il toujours été fidèle, dans chacun de ses gestes, dans chacune de ses décisions quand les circonstances l’imposaient ?
Ce n’est certainement pas à moi de trancher cette question, mais c’est encore moins à vous je le pense.
On ne peut cependant nier qu’il les a portées avec vigueur et conviction, avec poésie aussi, et cela devant une aristocratie armée, devant une bourgeoisie aux appétits toujours plus féroces, et avec des troupes étrangères à nos portes.
Il nous reste aussi ses mots, dont chacun fut pour défendre le peuple, les femmes, les esclaves, les comédiens, tous les crève-la-faim, et plus que les défendre, leur faire confiance pour qu’ils puissent eux aussi, enfin, présider au destin de la France, à travers le modèle de démocratie le plus ambitieux au monde.

Nous ne cherchons pas un modèle ni un prophète, ou une quelconque icône devant laquelle se prosterner. Nous cherchons seulement, sans relâche, la vérité.

Alors je joins aujourd’hui ma voix aux amis de Robespierre, aux féministes, aux antiracistes, aux Républicains, de gauche comme de droite, aux simples inquiets.
Au nom de notre humanité, au nom de ma mère que l’on a frappée, de tous ceux qui me sont chers et que vous osez menacer. Au nom, enfin, de Christian Lescureux, dont je suis si fière d’être la petite fille, alors je veux vous dire ceci : nous aimons notre pays, mais pas comme vous, pas comme un tas de vieilles pierres envahis par les ronces, nous l’aimons pour son peuple, celui que Robespierre avait au fond des tripes, quoi qu’on en dise.
Nous ne l’aimons pas pour des raisons objectives, parce qu’il serait soit-disant supérieur à tous les autres. Nous l’aimons par hasard, pour ceux nés ici, ceux qui l’ont rejoint ou ceux qui s’y sont seulement échoués, nous l’aimons d’un amour instruit et lucide, conscient des aspérités de son histoire, nous l’aimons sans que cet amour-là n’en interdise aucun autre.

Vos paranoïas, celles du remplacement et de la dilution, nous font rire.
Vous n’aimez pas la France. Vous ne lui faites pas confiance.
L’altérité la sublime, toute son histoire en témoigne.

Alors, basta, no pasaràn, sachez que nous n’aurons de cesse que de vous combattre.
Nous ne vous laisserons aucun répit.

Merci à tous d’être présents ainsi qu’à ceux qui nous ont témoigné de leur soutien.

Rejoignez le communiqué commun de soutien à nos amies agressées

« APPORTONS NOTRE SOUTIEN À FANNY, ADMINISTRATRICE DE L’ARBR, ET À SA MÈRE,VIOLEMMENT AGRESSÉES À CAUSE DE SES ENGAGEMENTS.
ET
EXIGEONS QUE LES DROITS ET LES LIBERTÉS DE NOS ASSOCIATIONS SOIENT PROTÉGÉS ET GARANTIS. »

COMMUNIQUÉ COMMUN

Aujourd’hui, le monde associatif est menacé par les menées d’individus se réclamant de l’Action française et autres collectifs d’extrême droite qui sévissent dans l’Artois.
Dans une vidéo révisionniste, accessible sur Youtube, un personnage se faisant appeler Rémi Deflandres, activiste bien connu des services de police, menace clairement l’association ARBR-les Amis de Robespierre et ses membres de représailles « promptes et radicales » si elle ne cesse pas son action pour la défense historique de l’Incorruptible.
Cet individu, aidé d’un guetteur, est ensuite passé à l’acte, de manière ignoble et lâche en agressant, chez elle, l’une de nos administratrices, Fanny Lescureux (ainsi que sa mère), la petite fille du fondateur de l’ARBR, Christian Lescureux, historien bien connu des arrageois.
En agressant physiquement une citoyenne engagée dans le monde associatif, bien au delà de l’ARBR, c’est par la peur que ces individus, dangereux pour les libertés publiques, comptent aussi museler l’engagement associatif de nombreux citoyens.
En menaçant l’ARBR, c’est le travail associatif d’éducation populaire, la liberté offerte aux associations depuis 1901 de s’organiser et s’exprimer publiquement qui sont directement visés. On comprend aisément que la nôtre soit la cible de ces extrémistes servant à l’occasion de bras musclés à l’extrême-droite. Nous ne sommes pas, hélas, les seuls. A Arras, le bistrot associatif « Le rat perché » est aussi la cible de ces activistes dangereux pour la démocratie ; et pas loin d’ici, c’est la Ligue des Droits de l’Homme qui n’a pas droit de cité à Hénin-Beaumont.
Les associations, les collectifs, les syndicats et les partis démocratiques attachés aux principes républicains issus de notre Révolution ci-dessous,

  • affirment leur soutien à Fanny Lescureux et à sa mère victimes d’une odieuse agression.
  • témoignent leur solidarité à l’ARBR menacée à cause de son action, contre ceux qui, s’en prenant au monde associatif, attisent le mensonge, la haine et l’appel à la violence dans leurs publications.
  • ils demandent solennellement aux pouvoirs publics, aux représentants de l’État, aux édiles de tout mettre en œuvre pour que ces faits soient punis à hauteur de leur gravité et que soit mis fin aux exactions de ces groupes extrémistes ennemis de la République et des droits aux associations qu’elle garantit.
    Ils appellent tous les citoyens attachés aux libertés publiques à se rassembler le samedi 11 juin 2022 à 11 h 30, à Arras devant la « Maison de Robespierre pour témoigner de leur indignation.

Signataires1 dans l’ordre des retours
1. Marisa Linton historienne professeur d’université, Londres Grande- Bretagne
2. Peter MacPhee, historien professeur d’université Australie,
3. Stéfania Dipasquale, doctorante en histoire, Narny Italie,
4. Marianne Gilchrist, docteure en histoire de l’art, historienne, Hull (GB)
5. Section d’Arras du Parti Communiste Français
6. Fédération départementale du Parti Communiste Français
7. Section d’Arras du Parti socialiste : Maurice Lardé, Michel Flahaut
8. Ligue des Droits de l’Homme section d’Arras Alain Pruvot
9. Syndicats FSU, Snuipp, sections départementales
10. Syndicat Solidaires Section locale
11. Association « Carmagnole et Liberté »(Paris)
12. Association des Amis de Philippe Lebas (Frévent)
13. Association des Amis de Camille Desmoulins (Guise)
14. Association des Amis de la Révolution Club Levasseur (Le Mans)
15. Société des Études Robespierristes (Paris)
16. Association des Amis pour la Sauvegarde de la Maison de Saint-just
17. Alexis Corbières, professeur d’Histoire, France Insoumise
18. Cathy Apourçeau sénatrice, groupe GDR PCF
19. Pôle Renaissance Communiste, section départementale (PRCF -62)
20. Pôle Renaissance Communiste nationale
21. Léon Landini, Médaille de la Résistance, Officier de la Légion d’honneur au titre de la Résistance, président du PRCF, président de l’Amicale Carmagnole-Liberté des anciens FTP-MOI de Rhône-Alpes.
22. Jean- Louis Hontarrède, membre de l’ARBR, citoyen
23. Président de l’Office Culturel Arras
24. Association des Amis de Gracchus Babeuf (Saint-Quentin)
25. Conseil Municipal de la ville de Grenay
26. Section Julien Happiot du Parti communiste de Grenay
27. Association Les Amis d’Edward Gierek.
28. Association des Ami(e)s de Martha Desrumeaux
29. Thomas Boillot, citoyen membre de l’ARBR, (Alger)
30. Luc Defebvre, agrégé d’histoire, membre de l’ARBR, citoyen
31. Rosanna Cavazzini historienne enseignante (Italie)
32. Anne Jollet, historienne, professeur d’université, (Paris)
33. Rachel Geai, membre de l’ARBR, citoyenne (Paris)
34. Laurent Tricottet, membre de l’ARBR, citoyen (Montauban)
35. Jacques Heurtault, membre de l’ARBR, citoyen (Nogent-sur-Marne)
36. Esteban Evrard, membre de l’ARBR, Secrétaire fédéral PCF (Ardennes)
37. Michel Benoît , écrivain, membre de l’ARBR, (Nevers)
38. Nicolas Béroud B&D Editions citoyen
39. Renée Viala, enseignante retraitée, citoyenne (Castelnaudary)
40. Groupe de soutien à la France Insoumise « Robespierre » (Arras.)
41. Colette Marie, Conseillère Municipale et Communautaire (Arras)
42. Bernard Ledafniet, professeur agrégé d’histoire, citoyen (SENE Bretagne)
43. Claude Mazauric, historien de la Révolution (Nîmes)
44. Association à vocation historique Le Peuple souverain s’avance(S. Mendron, Paris)
45. Pierre ESPINAT, adhérent de l’ ARBR, citoyen, Maurepas (78)
46. Gilda Landini, agrégée d’histoire, citoyenne, membre de l’ARBR
47. Benoît Foucambert, militant syndical fsu.(Tarn)
48. Parti de Gauche du Pas-de-Calais
49. Aurélien Gak , professeur d’histoire, citoyen
50. Syndicat des Hospitaliers Arras CGT
51. Fabien Roussel, secrétaire National du Parti communiste.
52. Adrien Quatennens, Député du Nord, coordinateur de La France Insoumise
53. Jean-Jacques Goudemand, citoyen, ANACR
54. Annie Duprat, universitaire, membre de la Société des Etudes Robespierristes
55. Jean Clément Martin , professeur d’université, Institut d’Histoire de la Révolution française
56. Alexandre Cousin, conseiller régional EELV, conseiller municipal Groupe « Arras Ecologie »
57. Anne-Marie Coustou, professeur d’Histoire retraitée (Toulouse)
58. Jean-Pierre Corbisez, sénateur PGR PS
59. Michèle Gréaume, sénatrice PCF, maire d’Onnaing (59)
60. CRIS Création Recherche Innovations Sociales (CRIS) Pierre Outteryck
61. Stéphane Sirot, historien
62. Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine à Paris VII,
63. Daniela Rudij , Étudiante en droit public, membre du CS de l’ARBR Prague Tchéquie
64. Pierre Chéret , Président de la FNDIRP du Pas De Calais
65. IHS CGT 02  wanadoo.fr>Institut d’histoire sociale de la CGT
66. Philippe Delfosse Saint- Quentin (02)
67. Jeadette Vaillant, présidente et la Fédération du Pas-de-Calais de la Ligue des droits de l’Homme
68. David Noël, professeur d’histoire et géographie, syndicaliste enseignant, ancien élu d’opposition à Hénéin-Beaumont.
69. Claude Pennetier, Directeur du Maitron, Dictionnaire du mouvement social.
70. René Vandenkoornhuyse, citoyen de l’Audomarois. (Saint-Omer)
71. Dominique Belmer, citoyenne,
72. Dominique Desvignes, membre du CA et du CS de l’ARBR, agrégé d’histoire retraité
73. Danièle Pingue, maître de Conférences honoraire en histoire contemporaine
74. Mark Billings, membre du CA et du CS de l’ARBR, cadre supérieur, (Canada Québec)
75. Suzanne Levin, membre du CA et du CS de l’ARBR, docteure en histoire contemporaine, double nationalité française et américaine (Naples)
76. Kuniko Ohara, professeur d’histoire, membre de l’ARBR, (Japon)
77. Aimée Boucher, membre du CA et du CS de l’ARBR, étudiante, (Paris)
78. Adilène Mercy étudiante, (Guatemala)
79. Christian Ghio membre de l’ARBR, citoyen
80. Elise Voisin, citoyenne, membre de l’ARBR (Maine-et-Loire)
81. Frédéréric Sigda, citoyen, membre de l’ARBR, (Loiret)
82. Courtin Karin Ostreicultrice Saint Nazaire sur Charente.
83. Anouck Breton, Conseillère départementale Angres
Liste arrêtée le 17 juin à 20 heures

Pour nous joindre : ARBR

Le compte-rendu d’un citoyen présent

Le 24 mai dernier, notre administratrice et sa mère se faisaient lâchement attaquer et frapper à leur domicile par « le chef » un groupuscule de nationalistes identitaires arrageois au motif d’avoir soutenu que « la France est à tous ceux qui la peuplent ».

Pour leur témoigner notre soutien, notre association avait appelé à un rassemblement le samedi 11 juin 2022 devant la maison de Robespierre à Arras.

C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons constaté la vigueur de la mobilisation contre les événements xénophobes qui se multiplient ces derniers temps. La centaine de citoyens présente a témoigné de son combat quotidien contre le racisme. Comme Fanny, notre administratrice, l’a si bien dit : « On ne peut cependant nier qu’il les a portées avec vigueur et conviction, avec poésie aussi, et cela devant une aristocratie armée, devant une bourgeoisie aux appétits toujours plus féroces, et avec des troupes étrangères à nos portes.

Il nous reste aussi ses mots, dont chacun fut pour défendre le peuple, les femmes, les esclaves, les comédiens, tous les crève-la-faim, et plus que les défendre, leur faire confiance pour qu’ils puissent eux aussi, enfin, présider au destin de la France, à travers le modèle de démocratie le plus ambitieux au monde ».

De nombreuses organisations soutenaient notre rassemblement : l’ensemble des associations amies des révolutionnaires (Saint-Just, Babeuf…), des partis politiques (PCF, PRCF, Parti de Gauche, EELV, France Insoumise, Verts, PS, etc), des syndicats (cf. appel unitaire, CGT, FSU, Solidaires, etc ) et des associations de la société civile (Ligue des droits de l’Homme, Fédération des Associations Laïques Roubaix, etc). La majorité des citoyens venaient de l’Arrageois, mais certains de plus loin (Ile-de-France, Lozère, Italie…). Aux présents, ajoutons les signataires de notre appel dont la centaine a été largement dépassée à ce jour.
Tous nous accordions d’un désir profond, urgent que justice soit rendue. Plus encore qu’un rassemblement de soutien, ce fut l’occasion de remercier Fanny pour son engagement.
Retrouvez son texte et son intervention sur notre site. C’est un bijou d’éloquence à la hauteur du verbe de notre Incorruptible.

Paul Amour Jouanaud
citoyen présent le 11 juin.
Pétition

S’ajoutant aux 83 organisations ou citoyens éloignés listés dans cet article« Rejoignez le communiqué commun de soutien » Les signataires
affirment leur soutien à Fanny Lescureux et à sa mère victimes d’une odieuse agression.
témoignent leur solidarité à l’ARBR menacée à cause de son action, contre ceux qui, s’en prenant au monde associatif, attisent le mensonge, la haine et l’appel à la violence dans leurs publications.
ils demandent solennellement aux pouvoirs publics, aux représentants de l’État, aux édiles de tout mettre en œuvre pour que ces faits soient punis à hauteur de leur gravité et que soit mis fin aux exactions de ces groupes extrémistes ennemis de la République et des droits aux associations qu’elle garantit.

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Un message, un commentaire ?

Signatures

4 Signatures
Date Nom Message
23 juin Totee Tout mon soutien fanny lescureux salut fraternelles Un robespierriste
22 juin BAVENCOVE site web Bravo pour votre combat !
17 juin Janelle Feng Ça me fait mal au cœur d'étendre les menaces faites contre Fanny et sa famille et aussi la mémoire de Robespierre. Courage à Fanny et sa mère, à l'association, et au mouvement démocratique.
17 juin MANDRON Stéphane Notre association Le Peuple souverain s'avance apporte tout son soutien à Fanny Lescureux et sa mère, victimes d'une lâche agression. Cet acte ne doit pas rester impuni. Notre France répondra toujours du nom de Robespierre. N'en déplaise aux fanatiques d'extrême droite ! Plus que jamais, transmettre l'héritage de la Révolution , tâche à laquelle l'ARBR et Fanny Lescureux se vouent avec tant d'énergie et de générosité, s'avère indispensable. Nous n'avons malheureusement pas pu être présents au rassemblement du samedi 11 juin mais sommes de cœur avec vous et avec toutes les associations sœurs. Salut et fraternité. Stéphane Mandron pour l'association Le Peuple souverain s'avance