Accueil > Notes de lecture > Les Desmoulins ou la Révolution rêvée.

Les Desmoulins ou la Révolution rêvée.

mardi 5 juin 2018

Le prix Château de Versailles est décerné à Hervé Leuwers

Pour sa première édition, le prix Château de Versailles du livre d’histoire est décerné à Hervé Leuwers pour sa biographie Camille et Lucile Desmoulins. Un rêve de république (Fayard, 2018). Ce prix récompense l’auteur d’un ouvrage dont le sujet principal s’inscrit dans le cadre chronologique du XVIIe ou du XVIIIe siècle.

LES DESMOULINS OU LA RÉVOLUTION RÊVÉE.

Hervé Leuwers, professeur à l’université de Lille III et déjà auteur d’un excellent « Robespierre » nous livre une belle biographie croisée du couple Desmoulins.

JPEG - 2.4 ko

« Camille et Lucile Desmoulins [1] : Un rêve de république. » aux éditions Fayard. Doté d’un appareil critique impeccable (notes, sources, bibliographie) l’ouvrage n’est ni une justification, ni une réhabilitation mais opte pour une démarche de compréhension, ce qui n’exclut pas un travail « en sympathie » envers ses deux personnages.

La vie mouvementée de Camille Desmoulins est celle d’un acteur important de la Révolution doublé de celle d’un écrivain talentueux issu des Lumières. Il laisse le souvenir d’un « écrivain patriote, l’une des voix de la liberté. », à la plume souvent moqueuse et acerbe. C’est un révolutionnaire de la première heure ( « le grand homme du 12 juillet 1789 »), républicain à sa manière et partisan des démocrates de la Constituante. Il combattit sans relâche les partisans de l’Ancien Régime ainsi que tous ceux qui progressivement et successivement veulent arrêter le processus révolutionnaire, les constitutionnels, les brissotins enfin.
Pourtant à partir de l’été 1793, déçu dans ses idéaux, Camille s’éloigne progressivement du gouvernement révolutionnaire de salut public qui se constitue. Son dernier combat pour la clémence dans son « Vieux Cordelier » contre les hébertistes et parfois contre certains membres des Comités va le perdre. Englobé dans la chute des indulgents avec Danton, victime d’un procès à charge, il est guillotiné à 34 ans.

Lucile, sa jeune épouse, femme de son siècle, lui reste à jamais liée, ayant embrassée les idées, les combats et finalement la même mort tragique que son mari.

La postérité réhabilitera en quelque sorte le couple Desmoulins comme le montre parfaitement la fin du livre.

Robespierre, qui fut un ami du couple Desmoulins, a été rendu responsable de leur mort même si la réalité est en fait plus complexe. Camille n’était parfois pas sans contradictions et s’était notamment compromis avec certains personnages contestés, comme l’aristocrate Dillon. De plus il comptait beaucoup d’ennemis parmi les membres influents des Comités.

Hervé Leuwers a réussi à donner vie à ce couple engagé en Révolution, couple dont la fin tragique ne peut que nous émouvoir. Pourtant, ces jeunes gens rêvaient d’une République du Bonheur pour tous.

Bruno DECRIEM. Membre du Comité de l’ARBR ( février 2018)

Hervé Leuwers a reçu pour cet ouvrage le Prix du Château de Versailles


Voir en ligne : Pour le commander

Galerie


[1Camille Desmoulins au Palais-Royal
Jusqu’en 1942, dans le jardin du Palais-Royal, une statue d’Eugène Boverie rappelait l’appel à l’insurrection de Camille Desmoulins, le 12 juillet 1789. Ce jour-là, le jeune avocat n’était certes pas seul à s’indigner du renvoi de Necker et des menaces militaires contre Paris, mais, dès l’été, c’est son invitation à prendre les armes qui fut célébrée par les contemporains. Desmoulins était devenu un « grand homme ». Peu à peu, on l’appela « Camille », non par familiarité ou par référence à sa jeunesse, comme on l’écrit ordinairement, mais par allusion à Camillus, le général qui avait sauvé Rome des Gaulois, au IVe siècle avant J.-C. La signification du nom Camille s’est depuis oubliée, tout comme la force de l’événement fondateur du 12 juillet.