menu

Accueil > Comprendre la Révolution > La Révolution dans le Pas-de-Calais, le Nord > Robespierre dans les archives municipales de la ville d’Arras

Version imprimable de cet article Version imprimable

Robespierre dans les archives municipales de la ville d’Arras

samedi 22 mai 2021


Au second étage de la Médiathèque municipale d’Arras, 20 rue Paul Doumer, installée dans le très beau bâtiment de l’Abbaye Saint-Vaast, dans la salle du fonds ancien sont conservés des documents exceptionnels concernant Robespierre. Avec d’infinies précautions, et avec la bienveillance de madame la Conservatrice, nous avons pu les manipuler délicatement afin de les numériser avec notre appareil photographique.

1 : Il y a tout d’abord les actes de baptême originaux des enfants Robespierre sur de gros registres soigneusement conservés : Celui de Maximilien bien sûr de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine d’Arras, mais aussi de la paroisse de Saint-Étienne, ceux de Charlotte, Henriette et d’Augustin. (Registre St-Étienne G G 79, 1737 à 1766)

2 : Nous y trouvons le fameux manuscrit du cahier de doléances du Corps des cordonniers-savetiers mineurs de la ville d’Arras, l’une des corporations les plus pauvres, rédigé en mars 1789 par Robespierre. Le texte a été intégré dans le volume XI Compléments des Œuvres complètes de Maximilien Robespierre : OMR, XI, 275-277. Parfaitement conservé le manuscrit coté AA 118, f. 207, se compose de trois pages entièrement de l’écriture de Robespierre. Nous en avons publié un extrait en fac-similé dans notre bulletin de l’A.R.B.R. numéro 3 en 1988.

3 : Les archives municipales d’Arras ont enrichi leur collection avec l’acquisition récente de lettres et autres documents originaux concernant notre Incorruptible. (Ms 1953, pièces 1 à 4)
Ainsi la fameuse « lettre aux Serins » datée du 22 janvier 1782, destinée à mademoiselle Dehay, écrite sur 3 pages de petit format où le jeune Maximilien fait preuve d’amabilité et de sensibilité a été acquise lors d’une vente aux enchères en 2011, le Ministère de la Culture ayant fait jouer son droit de préemption. Son contenu est intégré dans OMR, III-I, 23-24.
Une seconde lettre originale de Maximilien, devenu député à la Constituante, datée du 4 mars 1790 et adressée à Buissart se trouve dans le fonds. Le contenu se trouve dans OMR, III-I, 66-68.
Notons également une lettre manuscrite exceptionnelle de François de Robespierre, père de Maximilien, datée de 1765, et également acquise lors d’une vente aux enchères, en 2017.

4 : Après les lettres, voici deux documents originaux d’actes du Comité de Salut public de 1794. L’un, rédigé par Collot-d’Herbois annonce la décision du Comité de laisser continuer ses fonctions au tribunal révolutionnaire d’Arras de Lebon. Outre Collot-d’Herbois cet arrêté est signé par Barère, Robespierre, Carnot, Billaud-Varenne et Charles-Antoine Prieur (dit Prieur de la Côte d’Or). Il est daté du 10 floréal (29 avril 1794).
Le second, de plus grand format, précise la mise à disposition de locaux concernant les commissions destinées à remplacer les ministères. Daté du 27 germinal-16 avril 1794, il est signé par Barère, Carnot, Prieur de la côte d’Or, Billaud-Varenne, Robespierre et Saint-Just.

5 : Il faut également signaler une très abondante iconographie concernant de très nombreux portraits de Robespierre. Cette iconographie provient essentiellement d’ouvrages anciens du XIXe siècle, et parfois même du XXe siècle. Elle a été léguée aux archives municipales par deux érudits, François et Laroche.

Nous ne pouvons que fortement recommander à nos lecteurs de consulter ces exceptionnels et très émouvants documents originaux lors d’une prochaine visite à Arras.

Bruno DECRIEM, Vice-Président de l’ARBR (Mars 2020)

 


Voir en ligne : Pour se rendre aux archives municipales d’Arras