menu

Accueil > Correspondances > Un Robespierre selon Stéphane Bern, mensonge imposé par le service (...)

Un Robespierre selon Stéphane Bern, mensonge imposé par le service public.

(Stéphane Bern’s Robespierre : a lie imposed through public broadcasting)

jeudi 4 mai 2017

En français

L’émission « Secret d’Histoire » présenté par Stéphane Bern sur France 2, chaîne du service public financée par la redevance TV est diffusée à une heure de grande écoute. Consacrée à l’Histoire, elle présente en fait uniquement la vie romancée des Grands de ce monde, rois, reines et seigneurs, leurs petits tracas quotidiens, dans leurs palais et châteaux somptueux et leurs secrets d’alcôve alimentant le côté voyeur et souvent un brin démagogique de l’émission, le tout filmé dans des châteaux resplendissants d’or et de dorures construits par le sang du peuple !

Dans une chanson de 1991, Jean Ferrat dénonçait déjà, à juste titre, cette approche partisane de la Révolution à propos du « Bicentenaire » :

« J’ai vu des ducs j’ai vu des princes
Des barons des comtes des rois
Des marquises à la taille mince
Qui dansaient au son des hautbois
Dans des châteaux pleins de lumière
Où les fêtes resplendissoient
Mais dans sa chaumière
Je n’ai pas vu Pauvre Martin
Pauvre Martin pauvre misère
Avec sa femme et ses gamins. »

Cet été 2016, deux émissions étaient consacrées à la Révolution française.

La première choisissait Danton comme « Héros de la Révolution ».

La seconde consacrait les femmes de la Révolution où se côtoyaient des figures aussi différentes que Théroigne de Méricourt, Olympes de Gouges, Charlotte Corday, mesdames Tallien, Roland et de Staël dans un grand fourre-tout.

Un seul point commun finalement dans ces émissions, c’est la présentation sanguinaire de Robespierre, responsable de la grande Terreur, sans humanité et inaccessible, toujours prêt à verser le sang d’innocentes victimes persécutées !

Ces émissions, « grand public », financées avec l’argent du contribuable, que nous sommes, se complaisent à montrer un Robespierre digne du rapport Courtois et des pamphlets thermidoriens, totalement opposé à la vérité. Ces émissions qui perpétuent la légende noire, mensongère et calomniatrice sur Robespierre ne grandissent pas leurs auteurs.

Aucun des travaux sérieux et scientifiques consacrés à l’étude de l’Incorruptible depuis deux siècles n’est utilisé. Les historiens qui cautionnent de leur présence ces émissions sont d’obédience contre-révolutionnaire, quand ils sont réellement historiens d’ailleurs.

Surprenant, on y a vu Jean-Clément Martin discourir sur la beauté de madame Tallien ! Parodiant Molière, nous pourrions dire : « Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? »

In English

The programme Secret of History, presented by Stéphane Bern on France 2, a public service channel financed by the TV licence, is broadcast at prime-time. Dedicated to History, in reality it presents only the romanticised lives of the Great Men of this world, kings, queens and lords, their petty everyday problems, in their sumptuous palaces and castles, and their intimate secrets, feeding the voyeuristic side and often demagogic bit of the programme, the whole filmed in dazzling golden and gilded castles built by the blood of the people !

In a 1991 song, Jean Ferrat had already denounced, rightly, this partisan approach to the Revolution during the Bicentenary :

« I’ve seen dukes, I’ve seen princes
Barons, counts and kings,
Slender-waisted marquises
Who danced to the sound of oboes
In castles full of light,
Where the feasts were resplendent.
But in his cottage
I didn’t see Poor Martin
Poor Martin the wretched pauper
With his wife and his kids. »

This summer of 2016, two programmes were devoted to the French Revolution.
The first chose Danton as « Hero of the Revolution ».
The second was devoted to the women of the Revolution, where figures as different as Théroigne de Méricourt, Olympes de Gouges, Charlotte Corday, Mesdames Tallien, Roland and de Staël were thrown in alongside each other in one big hold-all.

Ultimately, the single point these programmes had in common was the bloody representation of Robespierre as responsible for the Great Terror, without humanity and out of touch, always ready to shed the blood of innocent persecuted victims !

These « large audience » broadcasts, financed by the taxpayer – that’s us – delight in showing a Robespierre worthy of Courtois’ report and the Thermidorian pamphlets, totally opposed to the truth. These programmes, which perpetuate the false and slanderous ‘black legend’ of Robespierre, don’t enlarge their authors’ reputations.

None of the serious and scholarly works devoted to the study of the Incorruptible for two centuries are used. The historians who prop up these broadcasts with their presence are of counter-revolutionary persuasion, when they are really historians, moreover.

Surprisingly, we saw Jean-Clément Martin hold forth on the beauty of Madame Tallien ! Parodying Molière, we could say : "But what the devil was he doing in that company ?”

Bruno DECRIEM (membre du Comité de l’ARBR)