Accueil > Connaître Robespierre > Robespierre, l’avocat artésien > « Sur les pas de Maximilien Robespierre, jeune avocat et homme politique (...)

« Sur les pas de Maximilien Robespierre, jeune avocat et homme politique arrageois.. »

SOUSCRIPTION EXCEPTIONNELLE POUR AIDER AU TOURNAGE DU DOCU-FICTION

lundi 29 février 2016

SOUSCRIPTION EXCEPTIONNELLE POUR AIDER AU TOURNAGE DU DOCU-FICTION

« SUR LES PAS DE ROBESPIERRE, JEUNE AVOCAT & HOMME POLITIQUE ARRAGEOIS. »

Nous avons récolté près de 4500 € . Grâce à vos dons, le film a pu se réaliser . Merci. La première aura lieu au « cinémovida » à Arras à 18 h 15 le 17 novembre prochain

Un documentaire-fiction de 52 minutes est en train de prendre corps. Son scénario s’écrit. Il sera tourné à Arras entre le 27 juin et le 20 juillet : son sujet : l’émergence de la pensée politique de l’avocat arrageois Maximilien Robespierre.

Diaporama des tableaux du documentaire

La toute récente biographie d’Hervé Leuwers nous y invite. L’accès à de nouvelles archives, notamment sur ses mémoires judiciaires et un travail méthodique ont permis à l’historien de porter un autre regard sur le jeune avocat arrageois et de renouveler en partie la manière d’interroger le parcours du personnage de sa naissance à son départ comme député du Tiers-État en mai 1789.

L’idée de réaliser un documentaire historique est née d’une rencontre entre l’ARBR et la toute jeune APIA, (association des producteurs indépendants de l’audio-visuel) une association de jeunes étudiants issus de la section cinéma du lycée Guy Mollet et pour la plupart aujourd’hui en licence dans divers métiers du cinéma.

Nos jeunes cinéastes ont découvert auprès de nous un personnage bien plus riche et complexe que ne leur laissait leur mémoire scolaire. Un vrai sujet de cinéma pour combattre les préjugés.

« Nous avons été séduits par son parcours d’avocat et d’homme de lettres, et surtout par les causes qu’il a défendues. Nous vous proposons de mettre cela en images, un langage prisé par notre génération », nous a proposé Thomas Gallo, le président d’APIA.

Le film documentaire que nous préparons comportera six ou sept tableaux évoquant les grandes affaires judiciaires ou littéraires qu’a vécues Robespierre à Arras et dans lesquelles, contre toute psychologie spéculative, on verra poindre ce que sera le personnage clé de la Révolution Française : lutte contre toutes les formes d’injustices, de préjugés scientifiques moraux ou de genre, défense de l’égalité des droits en faveur des plus pauvres, lutte contre le despotisme, autant de thèmes qui résonnent ou « raisonnent » auprès de la jeunesse d’aujourd’hui.

L’ARBR en est le conseiller historique. Apia est à pied d’œuvre cinématographique sous le regard bienveillant de Jean-Michel Vennemani, célèbre documentariste de la Cinq et de la 3, auteur, entre autres de « Métaleurop : Germinal 2003 et « d’Enquête d’Identité » tournés dans la région,et qui s’apprête à réaliser un film sur le film se faisant, intéressé par l’engagement citoyen de la douzaine de jeunes cinéastes d’APIA.

Aujourd’hui des démarches sont entreprises pour une diffusion sur FR3 ou la Cinq, mais les chaînes sont encore bien sourdes. Il nous faudra convaincre.

Quoiqu’il advienne de la future diffusion, nous avons APIA et l’ARBR besoin de compléter notre budget pour produire et tourner..

Pour commencer à tourner dans de bonnes conditions, malgré l’élan de solidarité rencontré auprès du lycée, de professionnels de l’audio-visuel ou autres pour le matériel, malgré le soutien de la mairie d’Arras et l’aide de nos partenaires associatifs habituels, nous devons rassembler d’ici juin 5000 à 6000 euros. Cela représente entre 15 et 20 euros en moyenne par adhérent.

-*20 euros ou plus pour faire exister Robespierre autrement que par sa légende noire la période 93-94

  • 20 euros ou plus pour permettre à ces jeunes gens de faire leurs preuves et montrer le bien-fondé de leur section lycéenne aujourd’hui menacée.
  • 20 euros ou plus pour découvrir les richesses du patrimoine arrageois qui servira de décor au documentaire.

C’est pourquoi nous lançons une grande souscription et faisons appel à vos dons.

Le site tiendra une rubrique régulière de votre générosité et de vos encouragements.

Sans attendre, libellez vos chèques à l’ordre de l’ARBR en écrivant au dos : « docu-fiction Robespierre ». Adressez-les avec le bordereau joint à l’ARBR Maison des sociétés 62000 Arras.

Par avance , Thomas Gallo le président de APIA et moi au nom du Comité nous vous remercions.

++++

Synopsis : Docu­fiction Robespierre par APIA

Le film raconte l’excursion scolaire d’une classe de lycéens durant laquelle les élèves partent à la découverte la ville d’Arras en marchant sur les pas de Maximilien Robespierre. Cette classe est constituée d’élèves qui ont des avis dubitatifs et divergents sur le personnage et son parcours politique.
Au fil de leur visite, ils vont découvrir différents aspects de ses engagements professionnels et publics. Il y aura des scènes de fiction fidèles aux écrits du célèbre révolutionnaire. Les personnes intervenant pendant la visite présenteront le Robespierre vivant à Arras comme un « l’avocat des pauvres, des opprimés, et des causes justes » prenant le parti de celles et ceux victimes des préjugés, des injustices sociales et du pouvoir politique et religieux.
Présenté par APIA
Thomas Gallo.

++++

Les contenus du docu-fiction servent aujourd’hui de support au scénario que sont en train d’écrire les "jeunes cinéastes d’APIA.

En introduction, nous donnerons la parole à un arrageois s’étonnant qu’il n’y ait pas de lieu consacré à l’histoire de la Révolution française et à celle du plus illustre révolutionnaire arrageois devant la maison de Robespierre proche du théâtre. Cette introduction se déroulera face et dans la maison de Robespierre, entre cet homme et « la classe promenade des lycéens qui sont sur les pas de Robespierre » .
Un second tableau évoquera son enfance orpheline illustrée par de passages lus des « Mémoires de Charlotte Robespierre » et, par l’interview d’un historien évoquant le passage du Collège d’Arras à celui de Louis Legrand, les brillantes études. Ce serait l’occasion de mettre en valeur le patrimoine arrageois avec un discours voix off et peut-être un adolescent courant les rues. La rue Ronville, le Collège St-Jospeh et les Hôtels arrageois. ( Hôtel de Guînes ).
Le troisième tableau rapportera son admission au barreau, suivie immédiatement, par l’intervention de Buissart de l’affaire du paratonnerre et les raisons du succès de Robespierre. Lutter contre les préjugés et pour le progrès scientifique.
La transition plus « légère » pourrait être faite par l’allusion à « l’éloge de la tarte. » (interview du Président des Rosatis) et à la présentation de quelques-uns de ses poèmes. Robespierre, l’homme de lettres. Un jeune homme inscrit dans son temps et son milieu social et sa ville, amoureux des belles lettres.
Un quatrième tableau s’attachera à évoquer l’homme de Lettres. Robespierre fait son entrée à l’Académie d’Arras. Suit l’occasion d’aborder ses fameux discours sur « le droit et l’état des bâtards » prononcés les 27 avril et 25 mais 1786. Interview de l’actuel Président de l’Académie d’Arras. Evocation de son adresse à Mme de Kéralio. Ce jeune avocat est en avance sur son temps. La lutte contre l’injustice des préjugés et stéréotypes sociaux. Robespierre du côté des faibles.
Le cinquième tableau abordera successivement les causes célèbres et présentera Robespierre comme l’avocat des malheureux épris de justice et d’égalité des droits des plus faibles : les époux Page l’affaire de Mme Mercer et l’affaire Deteuf. L’égalité des droits devant la justice.La lutte contre les privilèges des ordres .Les préjugés de genre.
Le sixième traitera de l’affaire Dupont. Cette affaire marque la transition entre la position de l’avocat épris de justice et d’égalité et celle de l’homme politique qu’il est en train de devenir. Robespierre contre le despotisme. La défense des libertés et de toutes les formes d’injustice.
Le septième, enfin, évoquera son implication politique à partir de la rédaction des cahiers de doléances et son élection comme député aux États généraux. Les travailleurs les plus pauvres doivent avoir des représentants élus. Des lettres ou des libelles échangés pourraient être lus. Le film s’achèvera sur le départ pour Versailles et la conclusion d’un historien et d’un membre de l’ARBR. La misère et la pauvreté. L’acmé de son engagement : les droits de l’homme, la justice sociale, les libertés.Un révolutionnaire est né.