Accueil > Nos outils pédagogiques > Pour le Collège > Le Pas-de-Calais sous l’Empire.

Le Pas-de-Calais sous l’Empire.

Panneaux de l’exposition réalisée par l’ARBR

mardi 13 février 2018

En français

Cette exposition telle qu’elle est présentée ici sous format [.PdF] existe

  • soit en CD permettant l’édition et l’impression de ses panneaux en format 21*29.7
  • soit en panneaux d’exposition de format 60*80 sur papier carton.

Pour se la procurer :

EXPOSITION LE PAS-DE-CALAIS ET L’EMPIRE
23 février 2018
Office Culturel
Intervention du Président de l’ARBR

L’ARBR, les Amis de Robespierre est avant tout une association d’amateurs d’histoire, curieux du passé.

A ce titre elle se réjouit que la ville d’Arras et son musée, aient noué des collaborations avec le Service Muséographique du Château de Versailles permettant au public artésien et plus largement à tous les touristes des expositions d’une rare qualité et ainsi permettre au plus grand nombre de s’intéresser au passé.

De même qu’elle se réjouit que Lens accueille sur le carreau de la fosse 9, encore chaud de la sueur et parfois même du sang des hommes, le Musée du Louvre et permette à nous gens du Nord d’accéder à une part des richesses de l’humanité.

Après Marie-Antoinette, les carrosses, Arras accueille Napoléon. On ne s’en plaindra pas même si notre penchant d’historiens nous pousse plutôt vers l’histoire du monde, celle des gens, de la diversité du peuple que celle de la biographie des « grands de ce monde », ou de l’exposé de leurs indécentes richesses ou parfois leurs peines de cœur. Notre histoire ne se limite pas à celle intime des princesses et des princes.

Le but de notre association est de faire connaître la réalité de la Révolution française, cette révolution inachevée qui continue d’inspirer et de stimuler l’imaginaire des peuples du monde entier et dans ce cadre, faire connaître la vie et l’œuvre de Maximilien Robespierre, le plus célèbre de nos citoyens arrageois dont Napoléon disait :

Robespierre a été culbuté parce qu’il voulait devenir le modérateur et arrêter la Révolution. Cambacérès m’a raconté que, la veille de sa mort, il avait prononcé dans ce sens un magnifique discours qui n’avait jamais été imprimé. Billaud et d’autres terroristes, voyant qu’il faiblissait et ferait indubitablement tomber leurs têtes, se liguèrent contre lui et excitèrent les honnêtes gens soit-disant à renverser le tyran, mais en réalité pour prendre ensuite sa place et faire de plus belle régner la terreur. Le peuple de Paris, en jetant Robespierre à bas, croyait détruire la tyrannie, tandis que ce n’était que pour la faire refleurir plus que jamais.1.

Aussi, à notre manière, nous avons souhaité participer à cette volonté d’une meilleure connaissance de la révolution et de l’Empire en exposant à nouveau ces vingt quatre tableaux illustrant les différents aspects de la vie du département sous l’Empire.

Nous devons cette exposition au travail exemplaire de Christian Lescureux et Laurent Petit dans les années 2000. Elle leur coûta deux années de travail de recherche aux archives et des choix de mise en pages.

Nous nous devons de leur rendre hommage. L’Incorruptible, notre bulletin trimestriel, rendit compte longuement de la table ronde qui suivit la première présentation en mars 2008, déjà dans les locaux de l’Office et je me dois de remercier, à mon tour, son Président de nous permettre de mettre à l’honneur le travail de nos deux amis.

Nous pensons que ce travail complète, prolonge et enrichit l’exposition du musée. Chacun de ces vingt quatre tableaux relate l’époque napoléonienne2 et la manière départementale dont l’Empire napoléonien y organisa son pouvoir autoritaire.

Aujourd’hui, cette référence locale est tout à fait instructive.

Le rôle et le poids du préfet tout puissant, le poids de la police, le retour du religieux : l’ordre règne.

Pour ma part, je retiendrai, dans le panneau concernant la vie ouvrière est la mise en place par Napoléon d’un contrôle d’identité tout à fait singulier, instaurant le contrôle social des populations et de la classe ouvrière naissante : il s’agit du livret ouvrier dont l’usage perdurera jusqu’à la guerre de 1914, même son usage fut progressivement, sous la troisième république abandonné.

Sans livret ouvrier on pouvait être inculpé de délit de vagabondage ; et pour cela on risquait les galères. Voyez Les Misérables. Patrons et police disposaient ainsi du contrôle des déplacements et de la régularité des périodes de travail. C’est plus encore que des lettres de recommandations.
Je vous recommanderai également les panneaux ayant trait à l’agriculture, et le poids des guerres sur la vie des gens.

Ces tableaux sont à des disposition des établissements scolaires, et consultables en ligne sur notre site.

Ils sont l’illustration du travail que mène l’ARBR pour favoriser une meilleure connaissance de l’histoire de la révolution. Elle s’inscrit dans la tradition de l’éducation populaire qui fonde par ailleurs l’existence naturelle des offices culturels.

L’ARBR poursuit donc le travail qu’elle conduit depuis trente ans et qui a trouvé son acmé en 2017 année de son trentenaire.

Aujourd’hui, nous avons à développer notre travail en direction de la jeunesse et lui faire aimer le goût de la recherche du développement de leur esprit critique face à l’invasion des réseaux sociaux et des médias.

C’est dans cette perspective que nous avons réalisé avec APIA le film « Sur les pas de Robespierre » dont nous cherchons à multiplier les lieux diffusion.
C’est aussi l’objet de cette exposition.

In English

This exhibition, presented here in [.PdF] format can be obtained :

  • on CD, for editing and printing of the pictures in format 21x29.7
  • on exhibition panels 60x80 on paper card.

In order to obtain it :

EXHIBITION : THE PAS-DE-CALAIS AND THE EMPIRE
23 February 2018
Cultural Office
Offer from the President of ARBR

ARBR, The Friends of Robespierre, is above all an association of history lovers, curious about the past.

For this reason it is delighted that the town of Arras and its museum have established collaborations with the Palace of Versailles’ Museum Service, allowing the Artois public and, more widely, all visitors, exhibitions of rare quality and thus letting a greater number to become interested in the past.
At the same time it rejoices that Lens welcomes the Louvre Museum on the pithead of Pit 9, still hot with human sweat and sometimes even blood, and lets us Northerners access a share of the riches of humanity.

After Marie-Antoinette and the carriages, Arras welcomes Napoleon. We will not complain, even if our inclination as historians impels us more towards the history of the world, of the people, of the diversity of the people, rather than “great men”’s biographies, the display of their obscene wealth or sometimes their heartaches. Our history is not restricted to the private lives of princesses and princes.

The aim of our association is to make known the real story of the French Revolution, this unfinished revolution that continues to inspire and stimulate people’s imaginations world-wide and, in this context, to promote the life and work of Maximilien Robespierre, the most famous of our citizens of Arras, of whom Napoleon said :

Robespierre was overthrown because he wanted to become a moderate and stop the Revolution. Cambacérès told me that, the day before his death, he had made a magnificent speech to this effect which had never been printed. Billaud and other terrorists, seeing that he was weakening and would undoubtedly have made their heads fall, conspired against him and excited the honest people supposedly to overthrow the tyrant, but in reality to then replace him and perfect the rule of terror. The people of Paris, by overthrowing Robespierre, believed they were destroying tyranny, while it was only to make it flourish again more than ever.

Also, in our way, we wanted to participate in this desire for greater knowledge of the Revolution and Empire in displaying again these twenty-four paintings, illustrating various aspects of life in the département under the Empire.

We owe this exhibition to the exemplary work of Christian Lescureux and Laurent Petit in the 2000s. It took them two years of archival research and layout design.

We should pay tribute to them. L’Incorruptible, our quarterly newsletter, reported at length on the round table that followed the first presentation in March 2008, already on the Office’s premises, and I, in turn, must thank its Chairman for allowing us to honour the work of our two friends.

We believe that this work complements, extends and enriches the museum’s exhibition. Each of these twenty-four paintings depicts the Napoleonic era and the way the Napoleonic Empire organised its authoritarian power at departmental level.

Today, this local reference is quite informative.

The role and power of the all-powerful prefect, the power of the police, the return of the monks : order reigns.

For my part, I’ll recall, in the panel on working-class life, the establishment by Napoleon of a very singular identity control, establishing social control of the population and the nascent working class : it concerns the workers’ pass-book, the use of which would last until the First World War, although it was gradually abandoned under the Third Republic.
Without a workers’ pass-book, one could be charged with the crime of vagrancy ; and for that, risked the galleys : see Les Misérables. Bosses and police thus had control over the movement and the regularity of work periods. It’s about more than job references.

I also recommend the panels related to agriculture and to the burdens of war on people’s lives.

These pictures are available to schools and can be consulted online on our website.

They illustrate ARBR’s work to promote better knowledge of the history of the Revolution. It is part of the tradition of popular education, which is also the basis of the existence of cultural offices.

ARBR therefore continues the work it has been doing for thirty years and which reached its pinnacle in 2017, its thirtieth anniversary.

Today, we have to develop our work towards young people and encourage a taste for research, to foster their critical thinking, in the face of invasive social networks and media.

It is from this perspective that we have made, with APIA, the film In Robespierre’s Footsteps, for which we are seeking more screening venues. It is also the purpose of this exhibition.

Pour suivre le vernissage de cette exposition en 2008

Cliquez ici


Voir en ligne : Le Pas-de-Calais sous l’Empire