Accueil > Correspondances > La tombe des Duplay

La tombe des Duplay

lundi 25 avril 2016

JPEG - 20 ko

Bonjour,

À l’origine, ceci est adressé à ’L’association Maximilien Robespierre pour l’idéal démocratique’ (qui est le ’vous’ des paragraphes suivants). Ne trouvant pas leurs coordonnées numériques, je me tourne vers vous.

Depuis longtemps, je suis dubitatif devant la plaque placée sur la sépulture de Eléonore Duplay au cimetière du Père Lachaise.

De mémoire, l’emplacement de Eléonore Duplay était indiqué depuis longtemps sur les plans de ’célébrités’ en tant que ’fiancée de Robespierre’ (ou ’amie’ comme vous l’avez écrit, là n’est pas la question) ; dans les années 80 il a été décidé de faire cette petite sépulture à l’emplacement du caveau familial afin de concorder aux plans.

Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est pourquoi ne pas avoir inclus son père, Maurice, qui était dans la même sépulture qu’elle initialement (il ne devait probablement rien rester de personne, peu importe). C’est un personnage bien plus important que sa supposée ’amie’, étant donné qu’il l’a hébergé à partir de 1791 etc. (je tiens à souligner que je n’ai aucune opinion envers la plaque concernant Eléonore, c’est l’absence de Maurice qui me chagrine). Que le cimetière ne s’intéresse qu’à Eléonore, soit, mais pas vous.

Ce n’est pas très important, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai mis tant de temps à vous le signifier.

Il me semblerait logique de rajouter quelque chose concernant Maurice, et pourquoi pas une sorte de cénotaphe écrit pour la mère, morte en prison en thermidor, qui n’a pas du être enterrée avec eux.

Amicalement

(mel d’un internaute au webmaster) [1]

Tombe des Duplay au cimetière du Père Lachaise

Bonjour,

Le commentateur a parfaitement raison : ils sont en effet onze à être enterrés dans la tombe dite d’Éléonore Duplay. Il serait de ce fait peut-être envisageable de nous coordonner avec l’AMRID pour remplacer la plaque, afin qu’elle éclaircisse les visiteurs sur ce point. [2]

Suzanne Levin

Doctorante Paris VII
Membre du Comité directeur de l’ARBR

Référence :

LA SÉPULTURE DE LA FAMILLE DUPLAY AU PÈRE-LACHAISE

La ville de Paris a inscrit à son budget 1985 la restauration de la tombe de la famille Duplay située au Cimetière du Père-Lachaise (34e division, le long du mur formant l’enceinte, à trois tombes de la 76e division).

Cette restauration consistera dans un premier temps à re-délimiter, par une petite bordure, l’emplacement de la fosse, puis à ériger une stèle portant l’inscription : « Duplay Marie-Eléonore, décédée le 25 juillet 1832, à l’âge de 65 ans ».

Cette tombe où furent inhumées onze personnes (dont Maurice Duplay, l’hôte de Robespierre, décédé en 1820, et son fils Jacques-Maurice, décédé en 1847, noté comme ministre des contributions et finances par Babeuf et ses amis) se trouvait dans un total abandon.

Cette intéressante initiative est due au fait que, sur la liste des célébrités du Père- Lachaise, figure, au titre de « fiancée » de Robespierre, le nom de Duplay Marie- Eléonore. Il est regrettable que cet hommage ne s’étende pas à la famille entière.

Serge BARBAZANGE.

Source



Annales historiques de la Révolution française Année 1986 Volume 263 Numéro 1 p. 134

Cher ami, je vous transmets ci-dessous la correspondance qui s’est établie entre l’ARBR et ce correspondant, par l’intermédiaire de notre site. Je pense que son contenu vous intéressera.

Alcide CARTON,

Président de l’ARBR

JPEG - 20.2 ko
Portrait d’Éléonore Duplay

Cher Ami de l’ARBR,

C’est en classant mes courriels que par hasard je viens de découvrir votre message. Je vous prie donc de bien vouloir excuser ce retard pour vous répondre. Votre message est en effet très intéressant et bien modestement (et honnêtement), je dois reconnaître que j’ignorais absolument « l’existence » - le mot n’est pas très approprié) de onze personnes enterrées à cet endroit. Je ne suis d’ailleurs pas le seul car, parmi tous mes amis « robespierristes » aucun d’eux n’avait évoqué cet état de fait.

Il est bien évident qu’un éclairage nouveau vient concerner cette tombe et la « présence » de Maurice Duplay est éminemment importante pour mériter d’être notifiée comme le souligne votre interlocuteur. Dans ce même esprit, le souvenir de Madame Duplay pourrait être rappelé.

Notre démarche de l’été 2003 était certes de bonne foi, mais entachée par l’ignorance. Forts de ces nouvelles connaissances, nous allons, à l’AMRID, étudier la possibilité de corriger ces lacunes, mais, ne pourrions-nous pas profiter de cette occasion pour envisager une action commune ARBR – AMRID tant sur le plan financier que commémoratif

J’attends les réactions de l’ARBR à ce sujet. Quelle qu’elles puissent être l’AMRID tiendra compte de ces informations.

Vous avez suffisamment aiguillonné ma curiosité et j’aimerai à présent connaître les identités des neuf autres personnes. Les connaissez-vous ?

En espérant le plaisir de vous rencontrer un jour…

Dominique Rondelot pour l’AMRID


[1L’internaute n’a pas décliné son identité.