Accueil > Connaître Robespierre > Robespierre, l’avocat artésien > La calomnie, Monsieur…

La calomnie, Monsieur…

jeudi 24 novembre 2016

En 1789 le souvenir de Robert DAMIENS, le « régicide » écartelé en place de grève en 1757 était encore vivace et dès qu’on sut que ROBESPIERRE (souvent appelé ROBERT-PIERRE par la presse de l’époque) était lui aussi originaire de l’Artois, ceux des journalistes que choquaient les opinions du député arrageois en faveur du petit peuple, commencèrent à répandre l’idée que ROBERT-PIERRE était parent avec ROBERT-DAMIENS, prétendument criminel.

On ne peut pas s’être fait le défenseur des pauvres savetiers et avoir malmené les riches bourgeois d’Arras dans les réunions préparatoires aux Etats Généraux [1]sans se faire des ennemis et il ne fallut pas longtemps à ceux-ci pour répandre dans Versailles puis Paris que le petit avocat aux idées extrêmes était un personnage forcément dangereux.

Comment être « honnête homme » et oser réclamer le droit de vote pour les pauvres, pour les juifs et même pour les « hommes de couleur » ? A l’évidence ce ROBERT-PIERRE avait le sang mauvais, c’était de famille.
Comment ne pas admettre qu’il y a parenté entre les deux Artésiens : celui qui agressa le roi LOUIS XV et celui qui aujourd’hui s’en prend à Louis XVI en lui déniant le droit de Veto ?

C’est ce que démontre un certain M CHERUBIN dans les « ACTES DES APÖTRES » :

« Ne croyez pas que Robert-Pierre
Comme on le dit soit né de rien,
Car il appartient par sa mère
A feu Robert François Damiens
Qui pour son roi, fut aussi très sévère,
Au mépris du décret qui lui ravit ses doits,
Robert-Pierre orgueilleux d’une source si belle
Dans son écusson écartelle
Du grand oncle Robert-François. »

La prétendue parenté avec Robert DAMIENS ayant fait long feu, ce furent ensuite les accusations de « dictature » puis les excès de la Terreur qu’on imputa à celui qui osait prêcher l’égalité pour tous et dénoncer le libéralisme. De tous temps il a fallu à ceux dont les intérêts étaient menacés par les idées nouvelles calomnier ceux qui les répandaient. [2]


[1Cf « Les ennemis de la Patrie démasqués par ce qui s’est passé dans les assemblées du Tiers Etat de la ville d’Arras » texte de Robespierre publié en brochure par l’ARBR

[2Incorruptible n° 47 page 6