Accueil > Vidéothèque > Je vois l’épine avec la Rose

Je vois l’épine avec la Rose

Pour le printemps des poètes 2017

vendredi 3 mars 2017

Je vois l’épine avec la Rose

Par Maximilien de Robespierre, alors avocat à Arras.

Rose. Il s’agit du premier et du dernier couplet de ses Remerciements à la Société des Rosati, [1]
sur l’air : « Résiste-moi, belle Aspasie : »

Je vois l’épine avec la rose
Dans les bouquets que vous m’offrez
Et lorsque vous me célébrez
Vos vers découragent ma prose
Tout ce qu’on m’a dit de charmant
Messieurs, a droit de me confondre
La rose est votre compliment
L’épine est la loi d’y répondre
 
Dans cette fête si jolie
Règne l’accord le plus parfait
On ne fait pas mieux un couplet
On n’a pas de fleur mieux choisie
Moi seul, j’accuse mes destins
De ne m’y voir pas à ma place
Car la rose est dans nos jardins
Ce que vos vers sont au Parnasse
 
À vos bontés, lorsque j’y pense
Ma foi, je n’y vois pas d’excès
Et le tableau de vos succès
Affaiblit ma reconnaissance
Pour de semblables jardiniers
Le sacrifice est peu de chose
Quand on est si riche en lauriers
On peut bien donner une rose

Chansons historiques de France 29 :
Je vois l’épine avec la Rose vers 1780 .
Couplet de ses Remerciements à la Société des Rosati, sur l’air : Résiste-moi, belle Aspasie :
Ecouter la chanson : mise en ligne sur youtube le 13 mars 2009.

JPEG - 43.8 ko
Monument des rosati
Monument des Rosati, à l’arrière de l’Hôtel de ville d’Arras
 [2]

Voir en ligne : Ecouter « Résiste-moi, belle Aspasie : »


[1Cette société littéraire tirait son nom d’un berceau de roses, sous lequel s’assembla pour la première fois, à Arras, le 12 juin 1778, une réunion anacréontique composée de magistrats, d’avocats, d’abbés, d’officiers du génie et de propriétaires de l’Artois.

[2Monument des Rosati : Sur ce monument, érigé en 1930 dans le jardin du Gouverneur, un personnage (sensé être Robespierre) était régulièrement décapité, d’où la relativement récente décision de le transférer dans le jardin derrière l’Hôtel de ville . Ce monument est dû au ciseau de Lesieux à qui l’on doit de nombreux monuments aux morts de la région.