menu

Accueil > La vie associative > Pour le musée > Analyse statistique des signatures de la pétition lancée par internet.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Analyse statistique des signatures de la pétition lancée par internet.

mardi 17 novembre 2015

Analyse et commentaires :

La pétition que nous avons engagée a reçu un écho favorable des internautes et a connu un succès indéniable. Elle aurait rapporté davantage de signatures si le site qui la portait n’avait connu une certaine déshérence pendant deux années.

Ce sont 4612 signatures recueillies de cette manière auprès d’internautes dont le seul motif de la trouver et d’y adhérer est de trouver l’adresse du site, donc de s’interroger sur le personnage qui nous intéresse et d’estimer légitime que sa ville natale lui consacre un musée.

Nous devons y adjoindre, un millier environ recueillies par les méthodes traditionnelles de la pétition dite « papier » lors de nos manifestations diverses.

Depuis sa rénovation le 22 février notre site a recueilli à nouveau 91 signatures nouvelles, souvent accompagnées de commentaires.

Au total, nous pouvons admettre que nous disposons à ce jour de près de 6 000 signatures favorables à la création d’un musée dédié à Robespierre et à la Révolution Française dans la ville natale de celui-ci.

      1. La répartition selon le genre
        2/3 d’hommes pour 1/3 de femmes, pour l’ensemble des signatures ont pris le parti d’apposer leur nom au bas des signatures. Cette répartition est variable selon les pays. Mais les variations n’ont pas de sens statistique compte-tenu des biais nombreux concernant les modalités du recueil. Peut-être, les femmes ont-elles un usage moins fréquent des sites à vocation historique ?
      1. La répartition selon les pays et en France par départements
        S’agissant des conditions du recueil des signatures —acte volontaire, individuel après découverte du site, il est évident que la majorité des signatures proviennent de France (83, 11 %) et que à l’intérieur même de notre pays, majorité d’entre elles proviennent de la région Nord-Pas-de-Calais et de la région parisienne comme l’indique le tableau 7.

49 pays de tous les continents sont représentés ce qui témoigne d’une popularité non négligeable à l’étranger de notre révolutionnaire arrageois. Il s’agit bien sûr, dans ces pays où ils sont peu nombreux d’historiens mais aussi de personnes de la société civile intéressés par l’histoire.

L’ensemble des départements français sont représentés. La Région Nord-Pas-de-Calais recueille un nombre important de signatures. La proximité semble avoir une influence sur la revendication. Robespierre est de « chez nous ».

Mais on en recueille un nombre important en région parisienne, un nombre significatif dans les régions qui ont vécu la Terreur de manière particulièrement violente : Lyonnais, la Vendée, Marseille. Certes, étant donné le nombre important de retraités signataires,(tableau 6) on peut penser qu’il y a une corrélation entre le nombre de signatures dans les départements du soleil, et la situation professionnelle. Mais il faut rester prudent.

      1. La répartition selon le mandat électif

Nous sommes reconnaissants aux 208 élus —de l’ancien ministre à l’élu syndical ou associatif— d’avoir soutenu notre réclamation.

Si les deux anciens ministres, Ralite [5] et Fiterman, sont bien connus pour avoir participé au premier gouvernement Mauroy en 1981 les députés appartiennent aux diverses sensibilités de Gauche de notre pays et nous refusons de nous interroger quant à la couleur politique des conseillers ou délégués divers.

      1. La répartition selon la situation professionnelle

Les pétitionnaires étaient libres ou non de compléter ce champ. Aussi on note que près de 18 % des signataires n’ont pas souhaité nous apporter cette information.

Néanmoins, il existe une grand diversité qu’il a d’ailleurs été difficile de réifier dans les tableaux 5 et 6 de ce mémoire. Sans doute plusieurs centaines de catégories différentes.

Cette importante diversité révèle que l’intérêt pour Robespierre touche presque toutes les couches sociales de la population et qu’il faut voir les différences davantage par les pratiques sociales de l’ordinateur que par l’intérêt historique. C’est sans doute le cas pour les catégories fort représentées : les enseignants et les cadres supérieurs ou ingénieurs.

Notons toutefois que l’intérêt porté pour la création d’un musée Robespierre concerne avant tout des retraités.(69,1%) Doit-on conclure que les personnes d’une génération précédente sont plus sensibles à l’action de Robespierre et en ont une vision plus positive ?

Lorsque l’on approche les différentes situations individuelles on est agréablement surpris par l’originalité des situations. On a pu ainsi relever la signature d’un prix Nobel de physique (Martin Pearl) d’un ambassadeur russe (Yvan Vrangel), d’un Espagnol signant « citoyen du Monde », d’une responsable d’association à caractère pastoral, mais aussi celle d’un barman angglais, d’une nurse américaine, ou d’un métallurgiste russe.

On trouvera en annexe quelques indications complémentaires relatives à cette répartition. Et les avis d’internautes qui nous parviennent depuis la rénovation du site.


[5Voir l’éloge que Jack Ralite fait de Robespierre dans l’émission de France-Culture « Ma nuit avec.. » émission ré-écoutable sur le site de la radio