Accueil > Pour le musée > Analyse statistique des signatures de la pétition lancée par internet.

Analyse statistique des signatures de la pétition lancée par internet.

mardi 17 novembre 2015, par Webmaster

TITION PAR INTERNET POUR LA CRÉATION D’UN MUSÉE À ARRAS CONSACRÉ À MAXIMILIEN ROBESPIERRE.



Présentée par

Les Amis de Robespierre

Analyse des résultats.

Introduction

Robespierre est l’un des révolutionnaires les plus connus dans le monde entier. Son histoire, transmise depuis deux siècles après son assassinat par ses adversaires dénommés depuis « les thermidoriens », est associée à la période la plus sanglante de la Révolution française, la Terreur. Mais cette histoire ne cesse, cependant, d’intéresser un grand nombre d’hommes et de femmes issus de tous pays et de tous horizons, épris de justice sociale et de progrès humain par l’héritage qu’elle laisse d’une pensée politique foisonnante et porteuse d’espoirs.

Depuis la commémoration du bicententaire de la Révolution française, (1989) les travaux de nombreux historiens de toutes nationalités s’intéressant à cette période ont permis de lever bien des préjugés de mieux comprendre quels furentt le rôle, la responsabilité, et l’action de Maximilien Robespierre. Ils rejoignent en cela tout en la complétant de nouvelles preuves, les analyses des grands historiens du XIXe et XXe siècle : Michelet, Jaurès, Mattiez, Bloch, et plus récemment Michel Vovelle. On sait désormais mieux comment « sa légende noire » fut construite avant même son exécution, et quelle part prirent les thermidoriens, à celle-ci.

Sans rien renier ou masquer de ses responsabilités, tout au long des cinq années que dura la Révolution, on sait aussi aussi plus clairement comment le mythe fut transmis tout au long de ces deux siècles et en particulier la manière dont se construisirent des amalgames anhistoriques en particulier au moment de l’effondrement du régime soviétique.

Il est de plus en plus difficile aujourd’hui à moins d’apparaître peu sérieux ou pour le moins obtus, voire sectaire, de défendre la thèse de celle d’un dictateur sanguinaire, pervers, portant en lui les germes de tous les désastres humains du siècle dernier.

L’œuvre des révolutionnaires, et celle de Robespierre ne cessent aujourd’hui encore d’interroger le présent.

C’est dans ce cadre que se situe l’action de l’ARBR dont l’objet est de rassembler les éléments de la vie et de l’action de Robespierre et d’une manière plus générale des réalités de la Révolution Française, de les faire connaître dans le cadre du bicentenaire de 1789 et au-delà.

Par ailleurs, depuis sa création, l’ARBR-Les Amis de Robespierre revendique auprès de la municipalité d’Arras ville dont il est natif, un musée dédié à Maximilien Robespierre et à la Révolution.

Pour de multiples raisons cette juste requête a jusqu’à présent toujours été rejetée. Parmi les arguments évoqués par les édiles depuis 1989,celui de la « Légende Noire » de l’Incorruptible arrageois persiste.

Personnage clé de la révolution, inventeur avec d’autres de la République, Robespierre ne mériterait donc pas, dans sa ville natale d’un endroit qui évoque sa vie et son action ?

Rien aujourd’hui, d’un point de vue historique, pas plus qu’hier, ne saurait justifier les résistances [1] à l’ouverture d’un musée destiné à celui qui fut un homme-clé de la Révolution et dont la pensée et les propositions demeurent encore aujourd’hui d’une brûlante actualité.

Cela paraît d’autant légitime que depuis quelques années, de nombreux touristes ou visiteurs se félicitent de l’existence du Musée du Louvre-Lens et des expositions, au Musée d’Arras, des collections du Musée de Versailles. Le récent accessit de notre beffroi témoigne aussi de l’intérêt du public pour l’histoire. Mais nombreux aussi s’étonnent de ne pas trouver un endroit destiné à son illustre révolutionnaire.

Aussi pour donner un poids politique à leur demande l’ARBR et l’AMRA ont lancé de plusieurs manières [2] une pétition afin de la populariser et de montrer à la municipalité l’intérêt qu’elle suscite.Une pétition par internet, pour cet objectif a été lancée en 2012. Nous en présentons ici les principaux résultats.
++++
Méthodologie

La pétition a été engagée en 2010 selon les modalités habituelles d’une pétition électronique : respect des règles déontologiques de la CNIL, possibilités de préciser sa profession et /ou son mandat électif, sa ville, son code postal et son pays. Chaque signataire ne pouvait s’engager qu’une seule fois.

Une publicité régulière a été engagée, au moins la première année, par le biais d’une lettre d’information adressée aux signataires les engageant à faire connaître l’initiative.

Néanmoins, le site est resté en sommeil à partir de 2013 et de ce fait a perdu de l’attractivité et son rang sur les pages de moteurs de recherche.

Le texte de la pétition sollicitait l’aide des signataires pour atteindre un objectif de 10.0000 signatures. Il se présentait ainsi :

Le Comité, le 16/10/2010

Le recueil des signatures qui a servi de base à l’analyse ci-dessous ne concerne que celles dont les auteurs ont accepté la publication et que les internautes pouvaient consulter à partir d’un fichier en [.Pdf] téléchargeable depuis le site. Ces données ont été ensuite rendues exploitables par leurs transformations en tableur de données de type « Excel ».

Toutes les champs de la pétition n’ont pas été forcément renseignés. Nous n’avons retenu que des données exploitables au moins sur trois champs : le genre, le nom, le pays.

L’analyse tient donc de la méthode de la statistique descriptive, et nous avons privilégié la hiérarchie classique des quatre variables — genre, pays, département- région, profession et mandat électif—, du global au plus singulier.

L’analyse descriptive des professions et des mandats électifs a été rendue difficile du fait de la programmation des champs de la pétition. Si l’intérêt de laisser les signataires se qualifier eux-mêmes est évident, ce choix a rendu le traitement statistique long et délicat au moment des regroupements de variables nécessaires pour rendre l’analyse pertinente.

Nous y avons adjoint, à titre indicatif, quelques-uns des commentaires laissés sur le site depuis sa rénovation ( 22 février 2015).
++++
Résultats

La pétition, arrêtée le 31 décembre 2014, a recueilli 4612 signatures exploitables.

    1. Répartition selon le genre et par pays
CatégoriesFranceItalieBelgiqueAllemagneEspagneRoyaume-UniRussieUSAAutresTotal
Hommes 2661 92 52 10 29 36 39 36 104 3059
Femmes 1164 102 14 11 19 29 82 42 83 1546
Associations 7 0 7
Total 3832 194 66 21 48 65 121 78 187 4612

Tableau n°1 : Répartition selon le genre et les principaux pays d’origines des pétitionnaires.

CatégoriesFranceItalieBelgiqueAllemagneEspagneRoyaume-UniRussieUSAAutresTotal
Hommes 57,70% 1,99% 1,13% 0,22% 0,63% 0,78% 0,85% 0,78% 2,25% 66,33%
Femmes 25,24% 2,21% 0,30% 0,24% 0,41% 0,63% 1,78% 0,91% 1,80% 33,52%
Associations 0,15% 0 0,15%
Total 83,09% 4,21% 1,43% 0,46% 1,04% 1,41% 2,62% 1,69% 4,05% 100,00%

Tableau n°2 : Proportions selon le genre et les principaux pays selon l’origine des pétitionnaires.

    1. Répartition selon les pays d’origine
      Les signatures proviennent de 49 pays différents répartis su l’ensemble des continents.

La grande majorité concerne la France : 3833 soit 83 %.

Elles se répartissent principalement selon les tableaux ci-dessous :

OrigineNombreProportion Observations
France 3833 83,11%
Reste de l’Europe 472 10,23% Dont Italie (193), Belgique (66) Royaume-Uni (67)
Continent américain 115 2,49% Dont USA (76)
Afrique ( Côte Ivoire ) 1 0,02%
Pays de l’ex-URSS 129 2,80% Dont pour la Russie (121)
Pays du Maghreb et du Moyen-Orient 4 0,09%
Asie 6 0,13% (problème de langue du site)
Australie 18 0,13%
Autres 34 0,74%
TOTAL [3] 4612 100,00%
PaysNombre de pétitionnairesProportion sur l’ensemble
France 3833 83,11%
Italie 193 4,18%
Royaume Uni 67 1,45%
Belgique 66 1,43%
Espagne 48 1,04%
Allemagne 21 0,46%
Tchéquie 18 0,39%
Suisse 12 0,26%
Pays Bas 7 0,15%
Roumanie 7 0,15%
Pologne 6 0,13%
Croatie 4 0,09%
Portugal 4 0,09%
Hongrie 3 0,07%
Irlande 3 0,07%
Biélorussie 2 0,04%
Danemark 2 0,04%
Ecosse 2 0,04%
Grèce 2 0,04%
Slovénie 2 0,04%
Slovaquie 1 0,02%
Lituanie 1 0,02%
Serbie 1 0,02%
Total 472
USA 76 1,65%
Canada 13 0,28%
Argentine 12 0,26%
Brésil 5 0,11%
Chili 2 0,04%
Guatemala 2 0,04%
Colombie 1 0,02%
Costa Rica 1 0,02%
Venezuela 1 0,02%
Mexique 2 0,04%
Total 115
Arménie 4 0,09%
Russie 121 2,62%
Azerbaïdjan 1 0,02%
Kazakhstan 1 0,02%
Biélorussie 2 0,04%
Total 129
Cote d’Ivoire 1 0,02%
Turquie 1 0,02%
Tunisie 1 0,02%
Liban 1 0,02%
Maroc 1 0,02%
Total 4
Vietnam 1 0,02%
Thaïlande 1 0,02%
Japon 4 0,09%
Total
Australie 18 0,39%
    1. Répartition selon le mandat électif et les principaux pays selon l’origine
Fonctions électivesFranceItalieBelgiqueAllemagneEspagneRoyaume-UniRussieUSAAutresTotal
Anciens ministres 2 2
Députés 13 2 1 16
Conseillers régionaux 7 7
Conseillers départementaux 7
Conseiller municipaux 137 4 141
Elus syndicaux 35 35
Total 201 208

On notera que selon les pays, les pétitionnaires ont différemment utilisé le choix qui leur était laissé. Ce sont les pétitionnaires essentiellement français qui ont fait figurer en plus de leur situation professionnelle leur mandat électif ou syndical. On peut penser, soit que cela n’était pas le cas dans les autres pays, soit qu’ils n’ont pas jugé utile de le mentionner.

Pour la France, cela représente 5,25 % du nombre des pétitionnaires.

    1. Répartition selon la situation professionnelle des pétitionnaires.
CatégoriesFranceItalieBelgiqueAllemagneEspagneRoyaume-UniRussieUSATotal
Professions agricoles 7 1 8
Chefs d’entreprises 3 1 1 1 1 7
Cadre sup. Ingénieurs 213 25 3 4 6 7 6 264
Médecins et psy 32 3 3 7 5 2 52
Avocats 9 2 1 1 1 2 1 17
Directeurs de recherches 52 1 1 54
Professeurs universités 27 12 3 3 4 4 3 4 60
Professeurs agrégés 12 1 13
Enseignants chercheurs 48 2 1 2 53
Professeurs 184 9 6 2 7 10 13 17 248
Directeurs 8 8
Instituteurs 31 2 2 3 2 3 43
Educateurs 14 4 18
Fonctionnaires 29 1 2 1 33
Journalistes 36 1 1 1 3 42
Professions du commerce 36 2 1 3 8 50
Artisans 7 1 8
Employés 113 24 5 2 144
Ouvriers 59 5 3 2 6 75
Retraités 2648 21 2 2 2 2675
Etudiants 84 6 2 4 3 7 8 19 133
Professions du spectacle 32 8 3 1 5 6 6 1 62
Militaires 1 1 2
Autres 0
Non renseignés 685 13 6 3 10 8 18 16 759
Total [4] 4370 135 48 22 46 56 84 67 4828

(compte-tenu de leur description certaines signatures ont été comptées plusieurs fois. Par exemple les retraités ou certaines multi professions)

CatégoriesFranceItalieBelgiqueAllemagneEspagneRoyaume-UniRussieUSATotal
Profession agricole 0,18% 0,52% 0,17%
Chef d’entreprise 0,08% 0,52% 1,52% 0,83% 1,28% 0,15%
Cadre sup. Ingénieur 5,56% 12,89% 4,55% 19,05% 12,50% 10,77% 4,96% 5,72%
Médecin et psy 0,84% 1,55% 4,55% 14,58% 4,13% 2,56% 1,13%
Avocat 0,23% 1,03% 1,52% 2,08% 1,54% 1,65% 1,28% 0,37%
Directeurs de recherches 1,36% 4,76% 0,83% 1,17%
Professeurs universités 0,70% 6,19% 4,55% 14,29% 8,33% 6,15% 2,48% 5,13% 1,30%
Professeurs agrégés 0,31% 1,54% 0,28%
Enseignants chercheurs 1,25% 1,03% 1,54% 1,65% 1,15%
Professeurs 4,80% 4,64% 9,09% 9,52% 14,58% 15,38% 10,74% 21,79% 5,38%
Directeurs 0,21% 0,17%
Instituteurs 0,81% 3,03% 9,52% 4,62% 1,65% 3,85% 0,93%
Educateurs 0,37% 6,06% 0,39%
Fonctionnaires 0,76% 0,52% 3,03% 1,28% 0,72%
Journalistes 0,94% 1,52% 4,76% 2,08% 2,48% 0,91%
Professions du commerce 0,94% 1,03% 1,52% 4,62% 6,61% 1,08%
Artisans 0,18% 0,00% 4,76% 0,17%
Employés 2,95% 12,37% 7,58% 2,56% 3,12%
Ouvriers 1,54% 2,58% 4,55% 3,08% 4,96% 1,63%
Retraités 69,10% 10,82% 3,03% 4,17% 3,08% 58,00%
Etudiants 2,19% 3,09% 3,03% 19,05% 6,25% 10,77% 6,61% 24,36% 2,88%
Professions du spectacle 0,84% 4,12% 4,55% 4,76% 10,42% 9,23% 4,96% 1,28% 1,34%
Militaires 0,03% 1,54% 0,04%
Non renseignés 17,88% 6,70% 9,09% 14,29% 20,83% 12,31% 14,88% 20,51% 16,46%

4. Répartition selon les départements

DépartementNombreProportion sur les renseignésProportion sur l’ensemble
Paris 294 8,06% 7,67%
Pas-de-Calais 264 7,23% 6,89%
Nord 213 5,84% 5,56%
Rhône 161 4,41% 4,20%
Hérault 148 4,06% 3,86%
Seine-Saint-Denis 111 3,04% 2,90%
Bouches-du-Rhône 106 2,90% 2,77%
Haute-Garonne 97 2,66% 2,53%
Hauts-de-Seine 95 2,60% 2,48%
Val-de-Marne 95 2,60% 2,48%
Gard 76 2,08% 1,98%
Loire-atlantique 73 2,00% 1,91%

Tableau n°7 : Répartition par départements des pétitionnaires de France

( France métropolitaine comprise —voir annexe)
++++
Analyse et commentaires :

La pétition que nous avons engagée a reçu un écho favorable des internautes et a connu un succès indéniable. Elle aurait rapporté davantage de signatures si le site qui la portait n’avait connu une certaine déshérence pendant deux années.

Ce sont 4612 signatures recueillies de cette manière auprès d’internautes dont le seul motif de la trouver et d’y adhérer est de trouver l’adresse du site, donc de s’interroger sur le personnage qui nous intéresse et d’estimer légitime que sa ville natale lui consacre un musée.

Nous devons y adjoindre, un millier environ recueillies par les méthodes traditionnelles de la pétition dite « papier » lors de nos manifestations diverses.

Depuis sa rénovation le 22 février notre site a recueilli à nouveau 91 signatures nouvelles, souvent accompagnées de commentaires.

Au total, nous pouvons admettre que nous disposons à ce jour de près de 6 000 signatures favorables à la création d’un musée dédié à Robespierre et à la Révolution Française dans la ville natale de celui-ci.

      1. La répartition selon le genre
        2/3 d’hommes pour 1/3 de femmes, pour l’ensemble des signatures ont pris le parti d’apposer leur nom au bas des signatures. Cette répartition est variable selon les pays. Mais les variations n’ont pas de sens statistique compte-tenu des biais nombreux concernant les modalités du recueil. Peut-être, les femmes ont-elles un usage moins fréquent des sites à vocation historique ?
      1. La répartition selon les pays et en France par départements
        S’agissant des conditions du recueil des signatures —acte volontaire, individuel après découverte du site, il est évident que la majorité des signatures proviennent de France (83, 11 %) et que à l’intérieur même de notre pays, majorité d’entre elles proviennent de la région Nord-Pas-de-Calais et de la région parisienne comme l’indique le tableau 7.

49 pays de tous les continents sont représentés ce qui témoigne d’une popularité non négligeable à l’étranger de notre révolutionnaire arrageois. Il s’agit bien sûr, dans ces pays où ils sont peu nombreux d’historiens mais aussi de personnes de la société civile intéressés par l’histoire.

L’ensemble des départements français sont représentés. La Région Nord-Pas-de-Calais recueille un nombre important de signatures. La proximité semble avoir une influence sur la revendication. Robespierre est de « chez nous ».

Mais on en recueille un nombre important en région parisienne, un nombre significatif dans les régions qui ont vécu la Terreur de manière particulièrement violente : Lyonnais, la Vendée, Marseille. Certes, étant donné le nombre important de retraités signataires,(tableau 6) on peut penser qu’il y a une corrélation entre le nombre de signatures dans les départements du soleil, et la situation professionnelle. Mais il faut rester prudent.

      1. La répartition selon le mandat électif

Nous sommes reconnaissants aux 208 élus —de l’ancien ministre à l’élu syndical ou associatif— d’avoir soutenu notre réclamation.

Si les deux anciens ministres, Ralite [5] et Fiterman, sont bien connus pour avoir participé au premier gouvernement Mauroy en 1981 les députés appartiennent aux diverses sensibilités de Gauche de notre pays et nous refusons de nous interroger quant à la couleur politique des conseillers ou délégués divers.

      1. La répartition selon la situation professionnelle

Les pétitionnaires étaient libres ou non de compléter ce champ. Aussi on note que près de 18 % des signataires n’ont pas souhaité nous apporter cette information.

Néanmoins, il existe une grand diversité qu’il a d’ailleurs été difficile de réifier dans les tableaux 5 et 6 de ce mémoire. Sans doute plusieurs centaines de catégories différentes.

Cette importante diversité révèle que l’intérêt pour Robespierre touche presque toutes les couches sociales de la population et qu’il faut voir les différences davantage par les pratiques sociales de l’ordinateur que par l’intérêt historique. C’est sans doute le cas pour les catégories fort représentées : les enseignants et les cadres supérieurs ou ingénieurs.

Notons toutefois que l’intérêt porté pour la création d’un musée Robespierre concerne avant tout des retraités.(69,1%) Doit-on conclure que les personnes d’une génération précédente sont plus sensibles à l’action de Robespierre et en ont une vision plus positive ?

Lorsque l’on approche les différentes situations individuelles on est agréablement surpris par l’originalité des situations. On a pu ainsi relever la signature d’un prix Nobel de physique (Martin Pearl) d’un ambassadeur russe (Yvan Vrangel), d’un Espagnol signant « citoyen du Monde », d’une responsable d’association à caractère pastoral, mais aussi celle d’un barman angglais, d’une nurse américaine, ou d’un métallurgiste russe.

On trouvera en annexe quelques indications complémentaires relatives à cette répartition. Et les avis d’internautes qui nous parviennent depuis la rénovation du site.
++++
Conclusion

L’ARBR remercie les 4612 internautes qui ont bien voulu accompagner la revendication ancienne de la création d’un Musée Robespierre dans sa ville natale , comme elle remercie la centaine d’autres qui sont venus s’y agréger depuis 7 mois et le millier d’autres ayant préféré le stylo.

Comme nous l’avons dit plus haut, depuis sa création, l’ARBR-Les Amis de Robespierre revendique auprès de la municipalité d’Arras, ville dont il est natif, un musée dédié à Maximilien Robespierre et à la Révolution.

Cela nous apparaît tellement légitime, tombant sous le sens en quelque sorte, quelle que soit l’opinion que chacun peut avoir sur l’action de l’Incorruptible que Robespierre est bien le personnage clé de la Révolution Française dont nous sommes les héritiers.

Ces milliers de citoyens qui s’associent à notre initiative sont pour nous un vrai réconfort et un encouragement à poursuivre le dialogue avec la municipalité pour la convaincre de créer un musée dédié au plus célèbre de ses fils. Arras s’honorerait de lui consacrer un espace d’exposition, de consultation, d’études et de confrontation favorisant la connaissance historique. L’ARBR aujourd’hui dispose de nombreuses ressources pour l’enrichir et nous sommes prêts à travailler avec la municipalité à sa réalisation.

Bien d’autres personnages dans l’histoire politique de notre pays et qui n’ont pas sa notoriété disposent dans leur ville natale d’un musée permettant au public et aux chercheurs de mieux connaître leur œuvre. Alors pourquoi pas Robespierre ?
++++
Annexes

  1. Points de vue d’internautes.
    René K. 

« Robespierre est une figure de notre Histoire dont l’apport doit être reconnu de nos concitoyens ; un musée qui lui serait dédié participerait à ce devoir de mémoire ; cet homme a libéré notre pays du joug féodal et a grandement participé à notre émancipation ; en cette période de régression sociale, réinscrire son combat dans nos luttes contemporaines serait d’un grand profit pour nous tous. »

Gerard H. 

« Ce musée pourrait avoir une utilité pour aider à comprendre l’action de Robespierre et de son entourage en la replaçant dans son contexte à contrepied des jugements a-historiques et partisans. »

Pierrick L.

« Il est temps d’en finir avec les mythes maurrassiens, de replacer Robespierre dans la guerre civile imposée par ceux qui avaient promis une boucherie dans Paris s’il avaient vaincu à Valmy, dans les méthodes de la guerre de 30 ans appelées par Louis 16 et Marie Antoinette. Et il est temps de rappeler le combat de Robespierre pour la paix, pour la fin de la peine de mort (l’abominable roue dont étaient friands la monarchie, les nobles, les ’parlements’, l’église catholique...), et pour la libération de esclaves, contre ceux qui voulaient noyer la révolution dans la guerre. Goethe disait après avoir été à Valmy : « De ce lieu et de ce jour date une ère nouvelle dans l’histoire du monde ». Robespierre est des nôtres. »

Pierre C : 

« Il faut replacer l’action de ce personnage historique dans le contexte de l’époque. Robespierre mérite assurément la reconnaissance des défenseurs des libertés et des opprimés. Sa ville, Arras, doit pouvoir lui édifier un musée. Ce ne serait que justice ! » 

Brulé :

« Mon accord plein et entier pour un musée Robespierre à Arras ; c’est un honneur pour notre pays la France que d’avoir vu naître un tel homme »

Françoise B. :

« Une grande admiratrice de l’homme politique qui a créé la France moderne. Et de l’homme politique vertueux...peu d’hommes politiques ont été surnommés ’L’incorruptible’. »

☛Sylvie F. :

 « une occasion de faire connaitre les réelles positions de Robespierre »

Guillaume :

« Il serait temps qu’un musée ouvre ses portes pour montrer au français (qui ont une image si fausse de lui) qui était réellement Maximilien Robespierre. Après plus de 200 ans de mauvaise interprétation et parfois de mensonge j’aimerai tant voir rendre un vrai hommage à cet homme qui a porté, jusqu’au sacrifice, les valeurs de la justice sociale et défendu les pauvres »

Jean-Marie H :

« pour le tourisme rien de tel et je voudrais en savoir plus sur Robespierre lorsqu’il habitait Arras (Rosatis, sa soeur charlotte, ce qu’il pensait du roi dans sa jeunesse...etc »

Nicolas C.

« Robespierre est le personnage le plus emblématique de la Révolution de France. Quand on dit ’Révolution’, on pense immédiatement à ’Robespierre’. Qu’on le veuille ou non, il est un personnage majeur d’une période majeure de l’Histoire du grand pays qu’est la France. Un musée à son effigie n’est qu’un premier pas. Une reconnaissance nationale de la vertu robespierriste est l’ultime but. L’âme de Robespierre est à ce jour souillée encore par la propagande thermidorienne que certains membres du gouvernements sensés donner l’exemple, entretiennent honteusement. Il est grand temps, plus de deux siècles après, que le voile soit levé. Vive l’Incorruptible ! « Je suis fait pour combattre le crime, non pour le gouverner. Le temps n’est point arrivé où les hommes de biens peuvent servir impunément la patrie ; les défenseurs de la liberté ne seront que des proscrits, tant que la horde des fripons dominera. » (Robespierre) Cette citation est toujours valable de nos jours.

Jacqueline L.

« Robespierre était un homme de loi, intelligent, il travaillait beaucoup pour le peuple , pour la patrie, la république mais hélas, il a été traîné injustement dans la boue par les Thermidoriens et le Royalistes ! Heureusement encore aujourd’hui il y a des gens qui sont en faveur de sa mémoire, de ses écrits ! Ses citations sont justes et belles, valables encore à nos jours ! Il mérite donc un musée, une rue, une place, et autres ! »

Jean-Luc L. :

« ’ Les rois, les aristocrates, les tyrans, quels qu’ils soient, sont des esclaves révoltés contre le souverain de la terre qui est le genre humain et le législateur de l’univers qui est la nature. ’ L’incorruptible promoteur de la Vertu républicaine (l’amour de la Patrie et le respect de ses lois) a bien droit à un musée pour honorer sa mémoire et celle de ses compagnons de lutte mais aussi et surtout celle de ses idées qui sont plus que jamais d’actualité par ces temps de grande injustice sociale et souveraineté nationale déléguée aux institutions européenne... Honneur et respect au citoyen Robespierre. »

Baudoin :

« Au-delà des opinions, des débats, des idéologies, des bêtises et des inepties, accordons à Robespierre la justice et la vérité historique ! Rendons Robespierre à l’Histoire en détruisant sa légende noire et sa légende dorée. » 

Enfin

Adrien B.

« Je m’étonne qu’il faille en arriver à une pétition pour qu’Arras, la ville du plus important acteur de la Révolution Française, fasse quelque chose afin d’honorer Robespierre. Alors, Messieurs les élus, un peu de courage s’il vous plait, on vous a assez raconté (comme à moi) des histoires à l’école (pourtant laïque et républicaine) afin que tombe une fois pour toutes les légendes de mauvais goût au sujet de ce grand homme que bien des étrangers étudient. Comme il le souhaitait, je suis persuadé que le grand Jaurès est assis à sa droite, Jean Ferrat l’a chanté dans ’Ma France’. Mais cela ne suffit pas, Il manque bien des noms dans les villes de France à la gloire de l’Incorruptible et… au moins, un musée. Alors, la ville d’Arras va-t-elle attendre qu’ailleurs quelques citoyens le fassent à sa place… honte à elle si cela se produit car de plus en plus le voile du mensonge au sujet de Robespierre s’envole et c’est tant mieux car s’il a bien un homme qui a défendu le peuple sans en tirer profit, c’est bien lui... beaucoup de nos concitoyens devraient au moins reconnaître qu’il faisait exception d’autant que c’est de plus en plus rare de nos jours ! »


[1Même les monarchistes vendéens qui avaient lancé une contre-pétition à celle de sa création semblent avoir renoncé. La pétition sur leur site semble fermée depuis 2011 et n’a rassemblé qu’un petit millier d’appuis de nostalgiques de la monarchie. (voir le site : http://www.mesopinions.com/mentions-legales)

[2Nous ne reproduisons ici que la pétition lancée par l’intermédiaire de notre site. Nous disposons par ailleurs d’un millier supplémentaire de signatures au format papier recueillies lors de nos différentes manifestations ou par envoi postal

[3Voir page suivante le tableau de répartition complet

[4Certaines fiches ont été comptées plusieurs fois : les professeurs retraités par exemple. D’autres n’ont pu être répertoriées compte-tenu de leur trop grande imprécision.

[5Voir l’éloge que Jack Ralite fait de Robespierre dans l’émission de France-Culture « Ma nuit avec.. » émission ré-écoutable sur le site de la radio